Dis-toi juste : j’y crois !

Il y a quelques jours, la télévision française (il m’arrive encore de regarder la télévision de temps en temps!) a joué « Billy Eliott », un film de danse britannique produit en 2000 par Greg Brenman et Jon Finn.

On est en 1984 : Billy, un jeune garçon de 11 ans, vit à Durham, un comté dans le nord-est de l’Angleterre, avec son père veuf, Jackie, et son frère aîné, Tony, tous deux mineurs de charbon emportés dans la grève de l’époque.

Le père de Billy l’envoie à la gym pour apprendre la boxe, mais Billy n’aime pas le sport. Il découvre un cours de ballet qui utilise la salle de gym à la place du studio habituel,  temporairement utilisé comme une soupe populaire pour les mineurs. Billy se joint au cours de ballet. Quand Jackie le découvre, il interdit à son fils de ‘y retourner. Mais, passionné de danse, Billy continue à suivre des cours, avec l’aide de son professeur de danse, Sandra Wilkinson …

J’ai grandi à Belfort, une ville ouvrière à l’époque. J’étais moi-même issu d’une famille bourgeoise, mais j’ai adoré cet environnement de ville industrielle, rude. C’était une époque où l’humilité, la solidarité, la bienveillance étaient considérées comme des vertus, plutôt que comme une caractéristique de pauvre type. Plus tard, j’ai découvert le comportement de cette classe dirigeante « méritocratique », si convaincue de sa supériorité. Initialement fasciné par elle, je sais maintenant que de larges pans de cette « élite » n’ont pas la valeur qu’ils s’attribuent. C’est pourquoi je suis maintenant si fier de venir de ma ville de Belfort !

Tout cela pour dire à quel point j’ai été ému par ce film.

La bande-son du film a été publiée le 11 mars 2002, et comprend plusieurs chansons rock et punks assez connues. Parmi celles-ci, « j’y crois », par Stephen Gately :

« Parfois, nous gagnons, parfois nous tombons
Mais ce n’est pas une raison pour renoncer, car après tout
Si tu ne peux pas choisir qui tu es
Tu peux choisir ce à quoi tu rêves
Et moi j’y crois
Je crois en l’amour, c’est le meilleur de tout
Je crois à l’espoir et aux changements qu’il peut apporter
Si tu y crois, alors rien ne pourra se mettre en travers de ton chemin
Dis-toi juste, (oh) j’y crois »

Je vous souhaite à tous une très belle année !


Iconographie : l’acteur Jamie Bell sur le tournage de « Billy Elliot », un film dramatique britannique produit en 2000 par Greg Brenman et Jon Finn. 


« Think before you print ! »
Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *