Plates-formes numériques: les nouveaux gardiens

Je ne suis pas sûr de tout aimer dans l’économie numérique. Mais quand vous posez des questions sur le sujet, vous risquez toujours d’apparaître comme le type qui n’a pas compris à quel point le monde numérique vers lequel nous nous dirigeons est merveilleux.

Bon ! On essaye ?

Les plates-formes numériques sont des intermédiaires en ligne qui facilitent l’interaction entre différents types d’utilisateurs. Ils inspirent une nouvelle culture entrepreneuriale et transforment profondément les modèles d’affaires :

  • Les plates-formes d’innovation visent à attirer un très grand nombre d’innovateurs externes et servent de base d’où les développeurs proposent des produits et services complémentaires. C’est ainsi que Apple ou Google ont mis en place de gigantesques écosystèmes de développement d’applications pour leurs différents appareils mobiles.
  • Les plates-formes de transactions aident les individus et les institutions à se rencontrer, facilitant ainsi leurs diverses interactions et transactions commerciales. Vous trouvez dans cette catégorie des plates-formes de commerce électronique comme Amazon et eBay ou des plates-formes à la demande comme Uber, Zipcar ou Airbnb qui permettent l’échange de biens et services entre particuliers.
  • Les plates-formes d’intégration offrent les capacités des deux catégories précédentes à la fois. Elles résultent de deux tendances convergentes : Google ou Apple ont mis en place des plates-formes d’innovation pour leurs écosystèmes de développeurs, dont les applications sont ensuite mises à disposition sur leurs propres plate-formes transactionnelles respectives. De l’autre côté, Amazon et Alibaba, transactionnelles à l’origine, favorisent un éco-système innovateur pour les nombreux acteurs qui vendent leurs produits sur leurs plates-formes de commerce électronique.

Les plates-formes, presque exclusivement basées aux États-Unis, se retrouvent dans toutes sortes de secteurs :

  • réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn);
  • ventes aux enchères sur Internet et vente au détail (Alibaba, Amazon, eBay, Angie’s List);
  • fonctions financières et humaines en ligne (Workday, Elance, Freelancer, WorkFusion);
  • transport urbain (Uber, Lyft, Sidecar);
  • paiement mobile (Mahala, Square);
  • énergie propre (Sungevity, SolarCity, EnerNOC) …

Le professeur du MIT, Michael Cusumano, en résume ainsi la logique : « Une stratégie de plate-forme ou de complément diffère d’une stratégie de produit en ce qu’elle nécessite un écosystème externe pour générer des innovations de produits ou de services complémentaires et créer une rétroaction positive entre les compléments et la plate-forme. »

En termes moins « intellos », cela signifie que les plates-formes numériques servent d’accès à d’autres produits ou services, devenant les «gardiens» des autres marchés sur lesquels elles peuvent exercer un pouvoir de toute évidence asymétrique, surtout lorsqu’elles deviennent dominantes. La situation est encore pire lorsqu’elles sont intégrées verticalement, jouant tout à la fois le rôle de plate-forme et de fournisseur de biens et de services,

C’est pourquoi nous pouvons voir aujourd’hui quelques plates-formes importantes devenant LE marché, et poussant la concurrence à leur périphérie.

Dans un tel contexte, le rôle des régulateurs et des législateurs devrait être de rééquilibrer de façon équitable les obligations réglementaires (protection des consommateurs, fiscalité, droit du travail, etc …) entre plates-formes et fournisseurs, en précisant les droits et obligations des deux catégories d’acteurs. Ce cadre réglementaire devrait aborder toutes les différentes pratiques d’accessibilité des données, d’interopérabilité, de transparence, en abordant les questions de réglementation au cas par cas. Cela implique que les régulateurs s’efforcent de mieux comprendre le fonctionnement des marchés numériques et les nouveaux « business modèles » qu’il véhiculent.

Les plates-formes doivent contribuer au dynamisme de l’économie de manière responsable et durable. Nous sommes encore loin de cela et la réglementation peut aider à rééquilibrer les choses. Ça va venir !


Iconographie: une araignée tissant sa toile (collection personnelle)


« Think before you print ! »
Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *