Au secours, je suis féministe !

Courrier International titrait récemment en une « Les femmes au pouvoir ». Le thème émergeait assez naturellement de leur percée historique lors des élections de mi-mandat aux Etats-Unis, le 6 novembre dernier : près de 100 femmes (sur 435 sièges) composent désormais la Chambre des représentants

Parmi les nouvelles représentantes au Congrès, une figure se détache bien sûr, celle de Alexandria Ocasio-Cortez, qui après avoir triomphé en juin dernier du démocrate indélogeable que semblait être Joe Crowley, est devenue représentante du 14ème district parlementaire de New York, qui couvre le Queens et le Bronx. Elle est devenue ainsi la plus jeune femme jamais élue au Congrès.

Hier, alors que je félicitais sur Twitter une ministre du gouvernement français pour ses mots « justes et simples » face à la crise dite des « gilets jaunes », je me suis vu traiter par un internaute, anonyme bien sûr, de « coquinou » (je ne sais pas comment je traduirai cela pour la version anglaise de ce billet !) … Messieurs, ressaisissez-vous !

La France connaît depuis quelques semaines une situation difficile, causée par une détresse sociale qui vient de loin, et s’étend à tous nos pays développés.

Cette détresse appellera, pour déboucher sur un dialogue, une réponse bienveillante, fondée sur une véritable empathie, c’est à dire une capacité à se mettre dans les réalités de l’autre. Cela n’est en rien de la faiblesse, et n’exclut pas de condamner avec toute la fermeté requise des exactions qu’aucune cause ne devrait justifier.

Nous avons redécouvert cette semaine le rôle de nos députés, lien naturel avec les préoccupations des français. Mais je le répète, au sein du gouvernement français, ce sont souvent des femmes qui ont su trouver ces derniers jours les mots « simples et justes », qui permettront de renouer le dialogue.

Je ne suis pas sociologue, et ne m’aventurerai pas à nier une éventuelle « crise de la masculinité ». En général, je pars du principe que ce qui relève des obsessions de Eric Zemmour est souvent nauséabond, mais bon, pourquoi pas ?

Oui, ces symptômes, rappelés par Francis Dupuis-Déri, existent : « absence de modèles masculins positifs, échec scolaire des garçons, incapacité des hommes à séduire les femmes, voire déclin de la libido masculine, perte de contrôle des pères divorcés et séparés sur leur(s) enfant(s), violence des femmes contre les hommes, taux de suicide masculin. »

Pourtant, l’émergence des femmes dans le débat public est la meilleure chose qui puisse arriver à nos démocraties fatiguées, et gangrénées par les inégalités.

Aux Etats-Unis, on les a vues parler de leur famille, donner le sein à leur bébé dans leurs clips de campagne, ne pas cacher leur esprit de compétition …

Nos familles, nos enfants, nos rêves, nos ambitions … notre vie quoi !

Dans le monde de l’entreprise, les chercheurs utilisent l’image de la « falaise de verre », pour signifier l’idée que les femmes assument de plus grandes responsabilités en période de crise, ce qui rend leur succès moins probable.

Ce serait notre malheur que de ne pas user de toutes nos différences pour réussir ensemble !

Alors bonne chance Mesdames ! Avec nous.


Iconographie : Alexandria Ocasio-Cortez, représentante au Congrès des Etat-Unis du 14ème district de New-York © clip de campagne Alexandria Ocasio-Cortez


« Think before you print ! »
Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.