« Printemps Silencieux »

La Fédération Nationale des Chasseurs, sur son site institutionnel, se targue sans surprise de «promouvoir la chasse», mais aussi de «défendre la ruralité» (ce qui ne veut pas dire grand-chose, mais çà ne mange pas de pain), et de «préserver la biodiversité».

Je ne sais trop ce que les tourterelles des bois en pensent : espèce menacée au niveau mondial et placée sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), leur «prélèvement» (j’adore la terminologie) a été autorisé en France jusqu’à une très récente décision du Conseil d’Etat (10 septembre dernier).

Tant qu’à s’instruire sur les dommages causés aux oiseaux, je vous invite surtout à relire un livre déjà un peu ancien, Printemps Silencieux , de Rachel Carson. On était en 1962 (très belle année à bien des égards). « Cette année là » comme l’a chanté plus tard quelqu’un, le New Yorker en publia de larges extraits dans quatre numéros consécutifs spéciaux.

Le bouquin resta dans la liste des bestsellers du New York Times pendant plusieurs semaines et provoqua une prise de conscience par le public des problèmes liés aux pesticides et à leur effet délétère sur les oiseaux.

Dans un style unique, assez poétique d’une certaine façon (le titre est d’ailleurs emprunté à un poème de john Keats), Rachel Carson y démontrait que le DDT était la cause de coquilles d’œufs plus fines chez les oiseaux, et occasionnait une hausse de la mortalité ainsi que des problèmes de reproduction.

Elle accusait également l’industrie chimique de l’époque de pratiquer la désinformation et les autorités publiques de répondre aux attentes de l’industrie chimique sans se poser de questions.

Toute ressemblance avec l’époque actuelle serait bien sûr tout à fait fortuite !

A noter, le livre contribua à l’interdiction du pesticide DDT aux Etats-Unis en 1972.

L’ouvrage a été édité en 2009 en France par Wildproject, préfacé par Al Gore, et réédité à plusieurs reprises depuis. Il apparaît dans de nombreux classements des meilleures œuvres littéraires hors-fiction du XXème siècle. Il fut même déclaré comme faisant partie des 25 plus grands ouvrages de tous les temps par l’éditeur du Discover Magazine.

A lire au coin du feu, de retour de la chasse ou pas …


Iconographie : Tourterelle des bois, site de l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)


« Think before you print ! »
Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.