Rue des Sables

Bruegel, un des plus grands centres européens de réflexion économique (en anglais, « think-tank ») , organisait ces 3 et 4 septembre sa conférence de rentrée. Le lieu, le deuxième étage du Centre Belge de la bande dessinée m’avait semblé improbable … mais c’était par ignorance !

Car que d’élégance et de charme !

J’ai ainsi découvert, au cœur de Bruxelles, rue des Sables, dans un merveilleux bâtiment art nouveau originellement conçu par Victor Horta en 1906 pour les grands magasins de tissus Vaucquez, un lieu extraordinaire.

Au milieu des années 70, et malgré le classement de certains éléments, le bâtiment était – m’a t’on raconté – en perdition, victime des intempéries et du vandalisme.

Dans les années 80, à l’initiative de la Commission française de la culture de l’Agglomération bruxelloise, était alors née l’idée d’y abriter le Centre de la bande dessinée. Façades, toitures et verrières avaient été restaurées afin de stopper la dégradation du bâtiment, avant que ne soit réaménagé l’intérieur, permettant l’inauguration de ce nouveau lieu le 6 octobre 1989.

Dans le souci d’une restitution fidèle des qualités spatiales de l’immeuble, les éléments architecturaux caractéristiques de l’œuvre de Victor Horta – le grand inspirateur de l’art nouveau bruxellois – ont été restaurés, tandis que des transformations, contemporaines, mais en accord avec les rythmes du bâtiment, étaient apportées pour l’adapter à sa nouvelle affectation.

Devenu un grand musée à vocation internationale, le Centre abrite aujourd’hui une exposition permanente qui retrace l’histoire de la bande dessinée et qui présente cet art en faisant la part belle à différents auteurs classiques et contemporains.

Il accueille en ce moment une exposition temporaire, dédiée à la bande dessinée chinoise, organisée avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale et de l’ambassade de Chine en Belgique.

Les tables rondes se déroulaient dans la grande salle du second étage. Un lieu je le répète, élégant et plein de charme, pour réfléchir un peu sereinement à l’avenir de notre Europe bousculée, dans un monde si dangereux.

Avec en conclusion de la journée un topo, durant le diner, de Marghrete Vestage, commissaire européen à la Concurrence, celle qui aurait inspiré le personnage principal de la série télévisée « Borgen, une femme au pouvoir ». Nous parlant de nos traités « éminemment politiques car fondés sur des valeurs ».

Assez pour repartir au combat, car c’est bien ce dont il s’agit dorénavant.


Iconographie : une vue du 1er étage du musée de la bande dessinée à Bruxelles et de son exposition temporaire dédiée à la BD chinoise, musée où s’est tenue les 3 et 4 septembre la conférence annuelle Bruegel © Daniel Fouss / Comics Art Museum


« Think before you print ! »
Vous avez aimé ? Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.